Cuisiner & partager

Nous n’insisterons jamais assez sur le rôle très particulier de la cuisine, au quotidien, pour favoriser une véritable santé, dans tous les sens du terme.

Cuisiner, nous pensons d’abord à la façon de faire ses courses, aux recettes, à ce qui pourrait plaire aux uns et aux autres, à ce qui serait bon pour les uns et pour les autres. Dans la cuisine de tous les jours, les mots clés ne sont pas ceux de la gastronomie : il nous faut du bon, du simple, du rapide, de l’économe et aussi se maintenir en bonne santé.

Faire son marché de produits frais, les cuisiner soi-même, peut devenir un temps à forte valeur qui libère et rend autonome. Et ce qui n’est pas dépensé en plats préparés permet de choisir de meilleurs produits. Si l’on part de bons ingrédients, on peut cuisiner très simplement et le résultat est extraordinaire parce que la nourriture a le goût de ce qu’elle est.

Cette pratique n’est pas seulement utilitaire : elle nous forme, nous transforme et réunit ceux qui partagent la préparation, la table, le rangement. C’est aussi dans le moment passé à confectionner le repas que s’invente la bonne alimentation.

Cuisiner, c’est aussi préparer un repas pour le partager. A Mouscron, en Belgique, tout près de Lille, il y a plus de trente-cinq ans, Josine et Gilbert Cardon ont créé “le jardin des fraternités ouvrières”, magnifique forêt jardin et collectif de graines. J’adore les écouter parler et je n’oublierai jamais quand Gilbert déclare comme ça le plus naturellement du monde

“Je préfère manger de la merde ensemble que du bio tout seul”.

Comme je suis d’accord ! Et pourtant comme je défends le bio, pour vous, votre santé, votre plaisir et pour la planète.

Le climat d’un repas est primordial, encore plus important que le repas lui-même. Si vous êtes stressé vous perdez tout l’intérêt des bonnes choses que vous mangez. Un climat émotionnel chargé bloque l’énergie dans le corps.

Aussi il est important de prendre le temps de cuisiner, de penser pour qui on cuisine, de dresser une table, d’échanger paroles, sourires, rires et nourritures. De faire du temps du repas un véritable moment de vie, d’échanges, tranquille et joyeux.

Chaque fois que vous le pouvez, faites une petite marche digestive. Seul ou à plusieurs. Les 100 pas après manger favorisent une bonne digestion. Ils mettent en mouvement et accompagnent la descente des aliments.

Et s’il vous reste du temps après le déjeuner, pourquoi pas la sieste rapide ?10 à 20 minutes seulement, la sieste détend votre corps et votre esprit. Elle favorise votre digestion et apporte une pause à votre cerveau pour bien entamer l’après-midi.